La consultation et la visite pré-anesthésiques sont deux moments essentiels du parcours de soins du patient. Quelles sont les solutions d’informatisation possibles et comment s’articulent t’elles avec le reste des modules du SIH ?

En anesthésie, la majorité des solutions visent à une prise en charge complète de la prise de rendez-vous à la sortie de SSPI en passant par la consultation. La question essentielle reste celle de l’immersion du dossier du cabinet d’anesthésie au cœur même de la solution DPI de l’établissement. Aujourd’hui, d’un point de vue technique, les standards d’interopérabilité (HL7/IHE, HPRIM, PN13, etc.) permettent d’imaginer tout type d’intégration structurée. Si nécessaire, certains éditeurs envisagent parfois de mettre en œuvre des API propriétaires essentiellement basées sur le langage XML et des Web Services. Outre la qualité et la profondeur de l’intégration au reste du SIH, l’ergonomie reste un critère essentiel pour les anesthésistes, souvent peu enclins à des saisies kilométriques au clavier. La solution THELEME propose, par exemple, des saisies dynamiques en mode tactile avec aide contextuelle. Les affichages et le moteur de règles sont personnalisables par site et par service. De son côté, LENSYS minimise les actions en proposant une gestion évoluée des synonymes (dds, pth, vb, hi, hta, etc.) rappelant les principes de l’Intelligence Artificielle. Sur le plan fonctionnel, que ce soit la solution d’AGFA, d’APIGEM, de LENSYS ou de THELEME, on retrouve l’essentiel du « métier » avec toutefois des différences de présentation assez marquées, selon que le produit ait été conçu par un informaticien sous le contrôle d’une équipe d’anesthésistes… ou l’inverse !

 

L’agenda et les rendez-vous

La prise de rendez-vous est plus importante qu’il n’y parait car, c’est de sa facilité que découle la logique de prise en charge « informatique ». Chez APIGEM, le logiciel métier couvre le spectre du rendez-vous à la fin de la consultation car, sans une solution intégrée, il est parfois difficile d’élaborer des plannings de rendez-vous à l’avance : difficulté de contact téléphonique, nécessité d’enregistrer rapidement une information médicale exhaustive (ATCD EC, prescriptions) ou encore récupération des historiques d’intervention du patient. En réponse à ces contraintes, APIGEM propose une prise de rendez-vous, par le patient, via son portail de réservation Monanesthesie.fr. Ce portail intègre les choix d’organisation des équipes d’anesthésistes et propose des rendez-vous adaptés au contexte médical du Patient : type d’intervention, date, motif, chirurgien, éventuelle prise d’anticoagulant, etc. Via ce portail, les cabinets chirurgicaux autorisés et les patients disposent d’un accès simple, ergonomique et sécurisé. Tous les renseignements sont regroupés sur un seul écran et la technologie d’affichage est adaptée aux smartphones et tablettes avec un redimensionnement automatique de la zone visualisée. Chez LENSYS, la prise de rendez-vous en ligne a été proposée dès 2013 sur la base d’ateliers utilisateurs permettant de mieux comprendre les besoins et affiner les fonctionnalités d’une solution. Contrairement à certains autres éditeurs qui imposent des échanges via un référent interne, LENSYS favorise le lien direct – via le logiciel – en accordant à chaque utilisateur (secrétaire, médecin, remplaçant, IADE, etc.) le droit de parole sur les évolutions fonctionnelles. C’est notamment sur ce principe que le produit DIRECT-PATIENT (saisie du formulaire pré-anesthésique en ligne avec pré-saisie du traitement personnel) a vu le jour. En ce qui concerne les secrétaires médicales, la solution DIRECT AGENDA, connectée au Système Informatique Hospitalier et à DIRECT-CONSULT pour la gestion de la consultation, permet une gestion des rendez-vous avec une ergonomie optimale.

 

L’anesthésie au Bloc Opératoire et en SSPI

L’informatisation de l’anesthésie au bloc opératoire est parfois éludée du fait que le DPI ne répond pas aux contraintes de la prise en charge de l’anesthésie per op. C’est de cette rupture que découle généralement le manque de traçabilité des prescriptions. Chez AGFA, cette rupture est évitée du fait que la gestion de l’anesthésie est basée sur un ensemble de formulaires et de règles directement intégrable au DPI ORBIS pour une vision globale de type ERP. A l’inverse, pour des solutions « métier » différentes du socle médical de l’établissement, il est impératif de répondre à des contraintes fortes d’intégration. Ainsi, à titre d’exemple, LENSYS revendique plus de 800 flux en production avec une vingtaine de logiciels partenaires sur les 110 sites équipés de ses solutions. Chez cet éditeur, l’informatisation de la feuille d’anesthésie est assurée par le module DIRECT-OP. Ce dernier récupère toutes les informations notées lors de la consultation pré-anesthésique pour permettre un suivi cohérent du patient dans son parcours anesthésique. L’utilisation au bloc opératoire et en SSPI est facilitée grâce au tableau de bord dynamique et au monitorage temps réel. Le suivi de l’évolution de l’état physiologique du patient se fait simplement en quelques clics et le score d’Aldrete s’ajuste automatiquement. Les rapports d’intervention et de SSPI sont rédigés automatiquement avec récupération des courbes provenant des scopes et des respirateurs. De même, la cotation associée à l’anesthésie (présence en salle, utilisation d’un échographe, etc.) est générée automatiquement.

 

Sur le volet administratif, la majorité des solutions d’informatisation en anesthésie assurent la gestion des Télétransmissions des FSE, le pointage automatisé des tiers payants ou encore le suivi des compléments d’honoraires et des encaissements. L’édition des documents réglementaires est parfois automatique. Sur le volet Reporting & BI les approches sont très disparates et la tendance reste à la mise à disposition de statistiques conformes aux recommandations SFAR via un navigateur Web avec, pour les solutions les plus avancées, une mise en forme automatique des données biomédicales, des actes et des données de consommation.

 

La logique de THELEME avec la solution Naestia est de proposer un suivi complet du patient de la consultation à la sortie de SSPI. Naestia se positionne en « DPI » d’anesthésie en assurant la gestion du dossier administratif du patient, la consultation d’anesthésie, la visite préopératoire, la gestion des staffs médicaux, la saisie de la feuille d’anesthésie avec acquisition des données biomédicales (moniteurs, respirateurs, seringues électriques, etc.) jusqu’en salle de surveillance post-interventionnelle (SSPI), la gestion des plannings des anesthésistes avec un espace personnel, une messagerie interne et un centre de notification. La solution s’interface néanmoins sans difficulté avec les logiciels du SIH pour la gestion des rendez-vous ou la programmation opératoire sur la base des standards de l’informatique médicale (HL7/IHE, HPRIM, etc.). En ce qui concerne le paramétrage, la majorité des champs peuvent être personnalisés, ainsi que le moteur de règles permettant d’automatiser les opérations fréquentes et d’assurer la cohérence des données. En per-opératoire les protocoles sont pré-paramétrables et plus de 250 équipements biomédicaux sont potentiellement interfaçable. Dans la même logique d’intégration, APIGEM peut récupérer la liste des séjours en provenance du logiciel administratif ou de la solution de programmation opératoire. Selon les capacités d’ouverture des solutions tierces, il est possible d’échanger, sous forme structurée ou non, diverses informations : comptes-rendus de consultation, alertes, allergies, Atcd, anamnèses, prescriptions, etc.

L’approche d’AGFA Healthcare est celle de l’intégration d’un ou de plusieurs formulaires à ORBIS. Les formulaires de consultation et de visite de pré-anesthésie sont accessibles via la recherche Patient ou la liste des tâches « demande reçue », dans le cas d’une demande de consultation faite par un médecin de l’établissement. L’anesthésiste accède au dossier médical, aux résultats de laboratoire, à la synthèse Patient, aux prescriptions de médicaments et à la feuille de surveillance. Si le module Bloc opératoire est utilisé, la fiche de transition entre le chirurgien et l’anesthésiste doit être saisi par le chirurgien depuis le dossier de chirurgie (Fiche préopératoire). De même, si le module ORME (prémédication) est utilisé, certaines informations seront récupérées automatiquement sous forme structurée. Il est possible de saisir plusieurs visites pré-anesthésiques pour un seul et même formulaire de consultation pré-anesthésique. Cette approche reste fortement intégrée au dossier ORBIS et favorise la vision « ERP global » de l’éditeur. Tout comme ses concurrents, la vision APIGEM est celle d’une suite logicielle modulaire et communicante couvrant le spectre du rendez-vous à la VPA avec une totale banalisation des dispositifs de consultation : l’anesthésiste qui effectue la prise en charge au bloc peut visualiser les éléments sur un Smartphone.

Outre l’intégration des données médicales de la consultation d’anesthésie, APIGEM propose des modèles de prise en charge paramétrables et ajustables (par intervention, par praticien, etc.) avec gestion des prescriptions complexes (événementielle, conditionnelle, par palier). Les comptes rendus de per op et de SSPI sont générés automatiquement et la gestion des scores est personnalisable. L’utilisateur dispose d’une totale autonomie sur le paramétrage des formulaires (vérification matériel anesthésique) et le personnel de la SSPI bénéficie d’une ergonomie avancée avec, notamment, un système de placement par box.

 

Magazine :: mySIH n°045  en version PDF ou version Papier.