Derrière tous ces sigles se cache une véritable évolution des systèmes d’imagerie vers plus de collaboratif et d’intégration aux systèmes de Santé : une évolution largement confirmée par la restructuration des offres des éditeurs de solutions…

VNA, MACS, PACS et RIS : on aurait pu ajouter DICOM et HL7 comme ingrédients de fond de sauce ! Que ce soit chez Agfa HealthCare, Philips, ou d’autres éditeurs de solutions, la gestion de l’imagerie est désormais envisagée de manière globale. La vision « métier » du radiologue est largement satisfaite depuis bien longtemps. L’enjeu est à la diffusion unifiée, le traitement de l’information clinique, l’analyse et la mise à disposition des résultats. En un mot, l’aspect collaboratif devient essentiel. Il s’agit aujourd’hui de partager l’information au sein du cabinet médical de radiologie mais aussi au-delà : intégration vers les SIH, diffusion au médecin de ville et accès autonome du patient. La majorité des offres sont estampillées « centré patient » et « orienté parcours de santé ». Le continuum du soin devient primordial, là où, auparavant, la radiologie (tout comme la biologie) était considérée comme un pôle autonome et indépendant (…). Même si la radiologie et la cardiologie restent les principaux producteurs d’images, l’image est aujourd’hui capturée de n’importe où, à l’intérieur et en dehors de l’hôpital. La photo prise avec le smartphone du dermatologue doit être tout autant disponible que le dernier cliché de radiographie de la poitrine. La complétude du dossier d’imagerie médicale permet d’améliorer la prise de décisions éclairées en regard du parcours de soins – parfois complexe – du patient. Les visualiseurs « zéro footprint » permettent de rendre disponible les images sur n’importe quel appareil, notamment les dispositifs mobiles de type smartphone. Obtenir un avis d’un professionnel d’une autre discipline doit désormais être aussi simple que de discuter avec votre confrère assis en face de vous ! L’examen, le traitement de l’image, le délai de diffusion, la duplication, etc. tout doit se faire en un temps record… à l’échelle humaine.

my SIH commentaire
Le marché de l’imagerie médicale n’est plus cantonné à la radiologie, il faut désormais être en capacité de prendre en compte l’ensemble des informations multimédias associées au Patient. Lors des prochaines JFR, KONICA MINOLTA présentera la solution OnBase de l’éditeur Hyland pour la gestion de tout type d’information lié au patient sur la base de son identifiant unique. A l’avenir, il y a de fortes chances pour que d’autres solutions ECM (Enterprise Content Management) investissent le secteur de l’imagerie médicale via de forts partenariats « métiers » : la solution M-Files®, représentée sur le secteur de la Santé par Maya Consulting France, pourrait bien faire office de candidat potentiel à forte valeur ajoutée…

VNA ou MACS ?

Selon le point de vue de PHILIPS, l’échange d’informations cliniques ne peut être réalisé avec succès que s’il est neutre. A l’inverse, ACETIAM (voir encadré) préconise une approche MACS. Quoi qu’ilen soit, les différents SI auxquels une solution d’imagerie doit s’intégrer sont, par nature, hétérogènes. Si on y ajoute les différences de terminologie et de codification, on comprend mieux la nécessité des normes d’interopérabilité. L’intégration de tous types de données provenance de modalités DICOM ou non-DICOM (ECG, compte-rendu PDF, fichiers MPEG, etc.) tend à devenir un minimum. Du côté métier, même si le besoin primaire du client (le professionnel d’imagerie) est largement pris en compte, il y a néanmoins des avancées qui permettent à certaines solutions d’apparaître en tête de course. Le rendu côté serveur (server-side-rendering) permet de minimiser les exigences au niveau des postes clients. De même, les moteurs de conception de flux de travail s’orientent vers des paramétrages évolués pour des implémentations sur mesure avec la création de listes de travail pour les services non dotés de SI « métier » (dermatologie, ophtalmologie, bloc opératoire, etc.). En parallèle de l’opérationnel, le volet Gestion Financière ne doit pas être négligé : facturation Sesam Vitale, gestion des forfaits techniques, du CAS, des dépassements d’honoraires, du Tiers Payant et des comptes mandataires (vacataires). Tout cela doit éventuellement s’accompagner des fonctionnalités de Télétransmission (FSE, B2, retours NOEMIE) et d’automatismes de pointage bancaire.

Le décloisonnement du marché

Le marché de l’imagerie s’étend désormais à l’ensemble des activités d’un établissement de santé. La demande n’est plus cantonnée aux images des radiologues. Il s’agit désormais de proposer des solutions intégrées de production médicale (gestion de workflow, SIR, PACS, publication et diffusion de résultats médicaux) et ce, dans toutes les spécialités et disciplines médicales : AVC, dermatologie, ophtalmologie, mammographie, suivi en EHPAD, cardiologie, anatomie-cytopathologie, génétique, etc. Par ailleurs, le parcours de soins se conçoit désormais de manière globale sous un angle multi-établissements : cabinet libéral, établissement de santé, GHT, réseaux nationaux, etc. Ces évolutions vont forcément induire des changements dans l’écosystème des éditeurs et fournisseurs de solutions. Ainsi, chez Maincare Solutions, la consolidation de plusieurs offres et produits permet désormais de proposer une solution globale. La caractéristique de cette dernière est d’inscrire plus naturellement l’imagerie médicale dans le parcours Patient en combinant le PACS, la téléradiologie et la plateforme d’échange & partage de l’éditeur. La solution de téléradiologie Covalia permet d’initier dans un établissement une demande de prise en charge adressée à un radiologue distant. Celui-ci peut dès lors, via la plateforme, valider la demande de demande de prise en charge et préciser le protocole à suivre. Une fois l’examen réalisé, il peut, toujours via la plateforme, accéder à la solution PACS Change Healthcare et consulter les images pour établir le diagnostic. Le CR saisi sur la solution de téléradiologie est ensuite automatiquement envoyé au RIS de l’établissement. Enfin, les données d’imagerie (CR et images) peuvent être intégrées au Portail Patient et être accessible aux professionnels de la ville via la plateforme échange & partage IdéoLink. Toujours dans cette logique de décloisonnement, sur le segment de la télé-expertise, ETIAM et ACCELIS ont par exemple unifié leurs compétences au travers de la nouvelle entité ACETIAM. Cette dernière se présente désormais comme le seul opérateur en capacité de proposer une couverture nationale, avec 500 établissements de santé (dont des CHU et CRLCC) connectés sur l’ensemble du territoire. Avec cinq bureaux (Rennes, Nice, Bordeaux, Paris et Lille) et plus de 4 000 médecins spécialistes, l’activité représente plus de 60 000 dossiers de patients contenant plus de 25 millions d’images télétransmises tous les mois ! Ce type de regroupement associant complémentarités technologiques, humaines et territoriales préfigure le paysage des futurs acteurs : un ensemble limité mais des entités d’une taille critique certaine en regard des enjeux du marché de l’imagerie médicale dans sa globalité.

 

Lire la suite dans notre magazine en version PDF ou version Papier.
Magazine :: mySIH n°°041