Comme dans de nombreux secteurs d’activité, la situation sanitaire actuelle au niveau mondial a des effets immédiats sur le développement de solutions de téléradiologie. De nombreux fournisseurs de solution sont sur le pont pour tenter d’occuper au plus vite le terrain que ce soit avant, pendant ou après l’examen radiologique…

De nos jours la téléradiologie est au cœur du parcours de santé : qu’il s’agisse de prévention, de diagnostic ou de suivi thérapeutique, l’imagerie médicale est incontournable. La demande d’examens de radiologie est de plus en plus importante et, parallèlement, il y a de moins en moins de radiologues. La mutualisation de l’expertise radiologique passe nécessairement par le téléradiologie. Donner un avis à distance, assister un manipulateur dans la réalisation de ses actes devient le quotidien du radiologue ; une situation qui tend à perdurer en raison de la crise sanitaire. L’une des tendances fortes de l’orientation du marché des systèmes de radiologie est – sur la base de l’expérience de l’éditeur – celle du « mix » de différentes solutions de télémédecine, PACS et plateformes d’échange pour proposer une réponse globale au besoin. Le partage d’informations au sein de l’écosystème régional devient plus que jamais un enjeu majeur de « digitalisation » du système avec, en point de mire, le plan gouvernemental « Ma Santé 2022 ».

A l’image de DEDALUS, les principaux acteurs fournisseurs de système de radiologie s’oriente vers une approche globale répondant à la fois aux cabinets et aux GHT dans un environnement cloud.

A l’image de DEDALUS, les principaux acteurs fournisseurs de système de radiologie s’oriente vers une approche globale répondant à la fois aux cabinets et aux GHT dans un environnement cloud.

Pour les établissements de Santé, l’orientation vers la téléradiologie vise comme objectifs de fluidifier la communication entre professionnels de santé, d’homogénéiser les protocoles d’examens ou encore d’enrichir et de qualifier les demandes d’examen de manière contextualisée par filières médicales. Au-delà de l’établissement, la téléradiologie est aussi l’affaire des Groupements Hospitaliers de Territoire et des Agence Régionale de Santé pour lesquels il s’agira de viser comme objectifs d’optimiser l’organisation des pôles radiologiques disponibles, de renforcer les synergies entre établissements d’un même GHT et de permettre aux radiologues de prendre en charge plusieurs vacations depuis un même lieu physique. Il ne faut pas oublier la communauté des radiologues libéraux pour qui il est important de diversifier l’activité, de ne pas dépendre d’un réseau médical et de favoriser les synergies avec les centres hospitaliers de proximité et l’ARS. La majorité des solutions proposées sur le marché tente de répondre tout autant aux objectifs des établissements, des GHT et des centres de radiologie en activité libérale. Ainsi, la solution de ITIS de DEEPLINK, accessible en mode SaaS (full web) auprès de plusieurs hébergeurs agréés HADS, propose la prise en charge de la charte de téléradiologie éditée par le G4-CNOM et du cahier des charges publié par la DGOS pour l’organisation des activités de télémédecine en imagerie au sein des GHT.
Basée à Lyon, la société Deeplink Medical a été créée en 2014. Elle est spécialisée dans le développement de logiciels de médecine et télémédecine (radiologie, oncologie). À l’initiative de 5 médecins radiologues, Deeplink Medical compte aujourd’hui une cinquantaine de collaborateurs pour un parc client de plus de 90 établissements de santé en France.
Proposée en abonnement mensuel (pas d’investissement initial), la solution ITIS est interopérable sur la base des concepts et protocoles classiques (lHE, HL7) avec une intégration possible à différents systèmes d’information (PACS, RIS, DPI, DMU, etc.). La plateforme ITIS propose notamment un outil de statistiques et de Business Intelligence intégré, des fonctionnalités de reconnaissance vocale pour la dictée des comptes-rendus et la mise à disposition native de divers contenus médicaux : base de comptes-rendus standardisés, protocoles d’acquisition d’images harmonisés, etc.

Du côté de CTM, l’accent est mis d’une part sur la capacité de déployer des filières de télémédecine et, d’autre part sur l’accompagnement médico organisationnel. Avec plus de 2 000 000 de patients pris en charge, la solution SITM de CTM est l’une des solutions de téléradiologie les plus utilisées en France et en Europe. Il s’agit d’un outil SaaS entièrement interopérable et prenant en charge les workflows de téléradiologie. Au maximum de son intégration, il peut être transparent pour les utilisateurs. Le service médico organisationnel est composé de soignants du milieu de l’imagerie, il prend en charge le déploiement, la formation, le suivi, le lien avec les médecins distants, le pilotage qualité et le suivi administratif et juridique. Le réseau médical partenaire fonctionne de façon concentrique : en proximité d’abord et s’appuyant sur un réseau national si nécessaire pour des raisons d’expertise ou de disponibilité. D’un point de vue fonctionnel, outre la gestion même de l’examen, la solution CTM propose quelques spécificités : des dispositifs d’alerte visuelle pour les urgences ou les situations cliniques à risque, des modalités d’adressage des examens spécialisés, des automatismes de planification pour les GHT, une plateforme de téléphonie en VOip avec traçabilité totale des échanges via un numéro unique ou encore des fonctionnalités de revue par les pairs en temps court, ou de gestion de la Qualité (cartographie des risques, signalement et suivi des évènements indésirables, etc.). Au-delà de la télé-imagerie, le socle SITM est spécialisé dans les workflows télé médicaux adaptés à diverses filières de télémédecine (téléconsultation depuis un établissement, radiologie, médecine nucléaire, ophtalmologie, EEG, etc.).
Selon Maincare Solutions, les principes d’échanges et de partage sont essentiels sur le volet « Imagerie ». En effet, il est important de disposer d’une vue transversale de l’ensemble des dossiers, d’une création automatique de dossier de demande d’avis sur réception d’examen, de notifications des experts par e-mail ou SMS ou encore de possibilités d’accès aux images en mobilité. Outre les protocoles, les images DICOM, et les comptes-rendus, il est nécessaire de prendre en charge un ajout automatique des antériorités dans le « télédossier » du patient. Tout ceci est parfaitement envisageable sur la base de l’expertise de l’éditeur et des diverses solutions proposées dont la plateforme Covalia, la solutions PACS Change Healthcare Radiology® ou encore la passerelle de téléradiologie IdéoConnect Imaging. Cette dernière propose un routage automatique sécurisé de l’imagerie en fonction des destinations DICOM avec une Compression/Décompression à la volée (optimisation des performances de transfert) sans perte de définition.

 

Lire la suite dans notre magazine en version PDF ou version Papier.
Magazine :: mySIH n°°052