Le recours à la télémédecine a été multiplié par dix au cours de ces deux dernières années et le recours aux objets connectés est de plus en plus fréquent : on serait « presque » tenté de dire merci à la crise sanitaire pour avoir fait office de catalyseur dans la mise à disposition des multiples offres innovantes…

Crise sanitaire et confinements successifs : il ne fallait rien de plus pour fragiliser les patients chroniques et démontrer « dans la vraie vie » l’intérêt de la télémédecine. Le remboursement à 100 % des actes de téléconsultation par la Sécurité Sociale a, d’une part, achevé d’asseoir la pertinence de la télésurveillance (tout autant pour les médecins que pour les patient) et, d’autre part, motivé les prestataires de service dans l’urgence de proposer des solutions. Tous les acteurs du secteur se sont ainsi attelés à relever le défi : les leaders de l’informatique SIH historiquement « ancrés » dans les établissements de santé, les prestataires de plateformes logicielles pour la médecine de ville ou encore les quelques startups détentrice de « LA » bonne idée…

Lire la suite dans notre magazine en version PDF ou version Papier.
Magazine :: mySIH n°°056