Les logiciels d’aide à la prescription, désormais soumis à agrément HAS, sont tous en lien avec une base médicamenteuse. Les fonctionnalités proposées en sus d’un simple lien de remontée d’information font généralement la différence…

Lutter efficacement contre l’iatrogénie médicamenteuse, optimiser les recherches de spécialités (par indication, par classe thérapeutique, par aspect, etc.) et être en mesure de choisir une posologie en fonction du contexte patient sont des fonctionnalités essentielles d’une prescription sécurisée. Avec la certification LAP (Logiciel d’Aide à la Prescription) c’est aujourd’hui une réalité.
Pour tous les établissements disposant d’un DPI (Dossier Patient Informatisé), le référencement LAP par certification de l’éditeur est une étape essentielle. Cette certification, obtenue par essai de type par l’organisme certificateur SGS ICS sur la base de critères édictés par la HAS, permet notamment de se conformer à la règlementation (exigence de solution certifiée depuis le 1er janvier 2015), de répondre aux objectifs d’Hôpital Numérique et de disposer d’une solution qui apporte un niveau fonctionnel et de sécurité en adéquation avec les recommandations de la HAS en termes de prescriptions.

De l’importance de la base de médicaments

Lorsqu’il s’agit de prescriptions et de contrôles associés, le socle de « base médicamenteuse » (Vidal, BCB, etc.) est fortement impliqué. La base de médicaments assure l’exhaustivité des médicaments commercialisés en France, la neutralité (information promotionnelle), l’exactitude en regard des informations administratives (ANSM) et la fraîcheur en proposant des mises à jour régulières. Par exemple, l’ensemble des progiciels proposés par CEGEDIM CLM (Crossway, MédiClick, MLM) exploitent la base BCB Dexther, l’une des premières bases de médicaments agréée par la HAS. Cette base est directement intégrée au module de prescription du logiciel et propose de nombreux services : accès aux monographies complètes et officielles des médicaments, sécurisation des prescriptions en fonction du profil du Patient, détection des contre-indications physiopathologiques, des allergies médicamenteuses, etc. La Base Claude Bernard (BCB) agréée pour les logiciels d’aide à la dispensation, à la prescription de médecine ambulatoire et hospitalière. L’autre « moteur » de base de médicaments, tout aussi répandu, est celui de la société VIDAL que de nombreux éditeurs de DPI intègrent nativement à leur solution. Par exemple, chez WEB100T, en plus des contrôles classiques, le logiciel DOPASYS propose un accès intelligent aux « VIDAL RECOS » : le système analyse automatiquement les prescriptions réalisées, en déduit les pathologies potentielles et propose automatiquement les fiches recommandations mises à disposition par le comité scientifique de VIDAL. Chez COMPUTER ENGINEERING, avec la solution Pharma / Soins, la stratégie est de laisser aux professionnels des établissements de décider du choix de la base de médicaments. En effet, depuis Août 2016, le logiciel Pharma dispose de 4 certifications : une pour chacune des 4 bases de médicaments agréées du marché.

CEGI Santé : certification LAP du logiciel PASSENGER Next

CEGI a annoncé récemment la certification de son logiciel de circuit du médicament PASSENGER Next, une solution full web avec support natif des dispositifs mobiles. Le concept de la nouvelle génération de produits Next s’appuie sur un service simple et rapide, en réponse aux différents usages, sur la base de dispositifs de type mobiles tactiles et d’une prescription vocale. La gamme Next vise à rapprocher l’ergonomie informatique de l’utilisateur. PASSENGER Next, en lien avec la base médicamenteuse VIDAL, répond aux principaux objectifs de la certification LAP : améliorer la qualité et la sécurité de la prescription, simplifier le travail du prescripteur, favoriser la conformité règlementaire de l’ordonnance et diminuer le coût de traitement. La certification SGS vient naturellement couronner l’ensemble des efforts fournis par les équipes de CEGI Santé qui ont pour objectif de concevoir des outils qui anticipent au mieux le monde de la santé de demain. L’offre Next s’étend chaque jour sur de nouveaux usages et de nouvelles fonctionnalités basés sur l’innovation et la qualité.

COMPUTER ENGINEERING : intégrer la conciliation médicamenteuse

Par ailleurs, afin de répondre aux besoins des utilisateurs de sa solutions Pharma / Soins, Computer Engineering a développé un nouveau module BMO de gestion de la conciliation médicamenteuse (une activité très chronophage pour les pharmaciens lorsqu’elle n’est pas informatisée). Les utilisateurs peuvent saisir le traitement d’entrée des patients et obtenir un bilan médicamenteux optimisé tenant compte du traitement d’entrée et des prescriptions à l’admission. Les conciliations médicamenteuses sont tracées avec un suivi du temps passé pour l’ensemble des opérations. De même, les statistiques d’activité de l’application ont été étendues afin d’intégrer les tâches liées à la conciliation médicamenteuse. Proposé en natif avec l’application Soins de Pharma, le module BMO peut également être utilisé, à partir de prescriptions reçues d’un DPI externe, via une interface PN13. COMPUTER ENGINEERING propose aussi des dispositifs pour le contrôle et la traçabilité de l’administration des poches de chimiothérapies : des terminaux portables WI-FI, lecteurs de codes-barres que les soignants peuvent aisément conserver en déplacement pour vérifier en temps-réel la bonne adéquation Patient / Poche de chimiothérapie avant d’administrer le produit. Ce même dispositif permet de tracer l’administration effective du produit et de signaler tout effet ou évènement survenu au cours de l’administration.

DOPA-SOINS : le contrôle continu de la prescription

Le Dossier Patient DOPA-SOINS de la société WEB100T intègre toutes les grandes fonctions de prise en charge d’un patient dans un établissement de santé. Le circuit du médicament est géré nativement au cœur de l’application : arrivée dans l’établissement, prise en charge par les soignants et par les praticiens, contrôles et validations par les pharmaciens. Afin de sécuriser au maximum le patient, divers contrôles sont proposés aux différents intervenants qui prennent en charge le patient. Bien évidemment, l’équipe de la pharmacie a accès aux éléments de vérification pour contrôler les prescriptions, mais les IDE peuvent aussi voir le résultat du contrôle avant d’administrer un médicament. L’une des caractéristiques du produit est de proposer un contrôle des prescriptions au fil de l’eau. En effet, le contrôle ne s’effectue pas uniquement au moment de la prescription. Il peut être mis en évidence au moment où les données du patient évoluent. Par exemple, si une allergie est déclarée alors qu’une prescription est active, le contrôle est automatiquement régénéré et le résultat est présenté à la personne à l’origine de la déclaration de l’allergie.
Si certains éditeurs dont CEGI Santé, CEGEDIM, COMPUTER ENGINEERING, WEB100T ou encore EVOLUCARE restent en veille sur le sujet de la certification LAP pour d’autres, il devient urgent de s’activer… Notamment en regard du décret du 11 août 2017 qui précise une obligation pour les pharmacies à usage intérieur (PUI) au 1er janvier 2018 ! Ceci étant, la publication du référentiel officiel, prévu fin 2017, ne sera validé par la COFRAC que courant 2018 : un bol d’air que certains apprécieront probablement !

DOPASYS : Le processus de contrôle de la prescription
DOPASYS présente les alertes avec un indicateur de couleur pour en identifier le niveau de criticité. Lorsqu’un praticien réalise une prescription, elle est envoyée à l’API VIDAL avec les données du patient (antécédents, diagnostic, etc.). Une fois le processus de contrôle réalisé, le résultat est renvoyé à DOPASYS pour présentation à l’utilisateur. Le résultat affiché est consolidé : il prend en compte les données du VIDAL et les critères complémentaires paramétrés dans le DPI. L’opération de contrôle peut générer différentes alertes : interactions médicamenteuses, allergies, redondances, surdosages, précautions d’emploi, caractéristiques physico-chimiques, vigilances sur les risques d’endormissement, produits dopants, etc.