my SIH magazine a eu l’occasion de s’entretenir avec M. Bruno MASSON, Directeur de la clinique TRENEL à Saint-Colombe dans les environs de Lyon à propos des dernières évolutions relatives à la solution Emed : le socle fédérateur du SI de l’établissement.

 

my SIH magazine :: Pouvez-vous nous rappeler votre activité ?

Bruno MASSON (B.M.) : Établissement MCO de la région lyonnaise, la clinique TRENEL est un établissement indépendant avec deux activités principales : une activité chirurgicale avec 16 000 patients par an en hospitalisation et ambulatoire (ce secteur représentant près de 70 % de l’activité). Nous disposons également d’un service de chimiothérapie ambulatoire.

 

my SIH magazine :: Quel environnement logiciel supporte cette activité ?

B.M. : Du point de vue logiciel, notre écosystème est basé sur le socle SIGEMS pour la gestion administrative : admission, facturation, PMSI et gestion des stocks. La solution SIGEMS fait aussi office de serveur d’identité pour la solution Emed, le deuxième pilier de notre SI. Entre ces deux univers, il existe des passerelles bidirectionnelles qui fonctionnent depuis plusieurs années pour des flux qui concernent essentiellement l’identité du patient et les mouvements dans le cadre des séjours.

 

my SIH magazine :: Cet environnement logiciel a connu récemment d’importantes évolutions ?

B.M. : Nous avons effectivement déployé la version 5.1 d’Emed depuis le mois de février. Le retour des équipes de soins sur le volet « fonctionnel » est très positif : l’outil ne cesse de progresser dans sa capacité à répondre de manière adaptative aux besoins des équipes opérationnelles. Deux caractéristiques nous ont semblé néanmoins intéressantes. Il s’agit tout d’abord de la pertinence de l’outil dans la réponse aux divers programmes nationaux adossés au « Ségur de la Santé » en ce qui concerne les prescriptions, le CBUM, l’identitovigilance; la gestion des séjours, les mouvements, la CPS, la politique de sécurité, etc. Ensuite, le fait de pouvoir disposer d’un module de Chimiothérapie est, dans le cadre de notre activité, un plus indéniable. Ceci étant, c’est surtout l’évolution vers l’intégration de statistiques (Emed Stats) qui nous concerne plus particulièrement.

 

le module Emed Stats selon Nexus

La gestion des données est un enjeu clé pour le secteur de la santé. Il est important d’avoir une vision détaillée sur tous les éléments pour mieux traiter le patient. Nous avons développé le module Emed / Stats pour piloter les établissements et pour leur permettre de disposer de statistiques précises sur différents domaines : taux de séjours, taux d‘intervention au bloc opératoire, etc. Au-delà des indicateurs HOP‘EN et CAQES, le module Emed / Stats permet d’étudier les besoins statistiques de chaque établissement en proposant des regroupements par thématique : pharmacie, flux patient, IDE hygiéniste, etc. Les résultats statistiques sont exportables en PDF ou au format Excel. Nous proposons un large choix de statistiques depuis notre catalogue Emed / Stats. L’établissement peut néanmoins créer ses propres statistiques sur mesure avec deux avantages essentiels : la possibilité d‘accéder directement au dossier du patient et l’accès à toutes les données du dossier médical (formulaires, résultats de laboratoire, documents importés, etc.).

 

my SIH magazine :: En quoi votre établissement est-il plus particulièrement concerné par le module Emed Stats ?

B.M : Le module Emed Stats de Nexus est né en réponse aux demandes des tutelles (HOP‘EN, CAQES, SAE, IFAQ, IQSS) dans l’idée de permettre de créer des indicateurs sur-mesure pour l’exploitation des données d’un établissement (CBUM, Hygiène, Prévisionnel Bloc, Occupation des lits, etc.). La particularité de ce module est qu’il a été conçu en partenariat fort entre l’éditeur et notre établissement.

 

my SIH magazine :: Comment s’est concrétisé ce partenariat ?

B.M : Notre partenariat avec Nexus (ex CS3i) est historique et date des débuts de déploiement de l’actuel DPI. Concernant les statistiques, l’éditeur nous a proposé – courant 2020 – de participer au co-développement de Emed / Stats. Un accord de partenariat a donc été conclu en ce sens avec Loïc RAYNAL, Directeur Général de NEXUS/France. Aujourd’hui, la solution Emed est incontournable dans notre écosystème de santé dans la mesure où il agrège l’ensemble des données de santé relatives à la prise en charge des patients : observations, prescriptions médicamenteuses, informations paramédicales, etc. Jusqu’ici, Emed était essentiellement exploité au cours du séjour du patient. Il nous fallait disposer d’un outil fiable et performant pour pouvoir exploiter les données en amont du séjour et restituer toutes les informations réglementaires exigées par les tutelles. Sans un outil statistique spécifique les données sont difficilement interprétables et il était dommage de ne pas les mettre en valeur.

 

my SIH magazine :: Ce partenariat présentait donc une formidable opportunité d’évolution pour votre écosystème de Santé ?

B.M. : Oui, le partenariat entre NEXUS  et notre établissement est une affaire d’opportunité. Pour nous, certes, mais aussi pour l’éditeur et, à terme, pour tout établissement hospitalier équipé de la solution. Dans le cadre de ce partenariat nous avons pu être force de proposition sur des requêtes et protocoles qui – forcément – répondaient à un besoin fondamental de notre côté. De mon point de vue, il y a deux axes : la réponse aux cas d’usage des tutelles avec des indicateurs quasi obligatoires au sens de la réglementation et la réponse – plus spécifique – concernant le pilotage de l’établissement. C’est sur ce volet que nous espérions disposer d’un outil pertinent et le résultat, notamment en termes de personnalisation du paramétrage, est bien au-delà de nos espérances !

 

my SIH magazine :: Le déploiement Emed / Stats à la clinique TRENEL a-t-il été dicté par un projet HOP’EN ?

B.M. : Non, pas spécialement. Ce projet s’est inscrit dans un cadre d’opportunité conjointe. Il était pour nous essentiel de disposer d’un outil « automatique », notamment en ce qui concerne les indicateurs CAQES. La reprise manuelle des informations du dossier patient (16 000 passages par an) ou la simple analyse par échantillon ne semblait pas raisonnable, de l’aveu même de notre pharmacien. Aujourd’hui, dans le cadre du bilan CAQES annuel, nous sommes en capacité de répondre – sans stress – aux sollicitations des tutelles en ce qui concerne les indicateurs nationaux et régionaux. Si l’objectif est de répondre à un projet HOP’EN, là encore le travail des équipes expertes d’Emed s’avère très pertinent. Même si ce module statistique se présente comme un module « à part », il présente l’avantage d’être en capacité d’interroger l’ensemble des données disponibles dans le DPI Emed et les modules connexes.

 

my SIH magazine :: Quel a été le niveau d’implication de vos équipes ?Le déploiement Emed / Stats à la clinique TRENEL a-t-il été dicté par un projet HOP’EN ?

B.M. : J’ai été surpris par le peu de temps consacré à ce projet par notre équipe (pharmacien, référente DPI et responsable informatique). L’essentiel du temps l’a été en expression de besoins sachant que pour les indicateurs nationaux, il ne s’agissait pas d’un effort surhumain ! La phase de recette a aussi été importante mais il a suffi de quelques allers-retours avec l’équipe NEXUS pour aboutir à un résultat satisfaisant.

 

my SIH magazine :: En conclusion, quelles évolutions imaginez-vous concernant ce module statistique ?

B.M. : Aujourd’hui nous disposons d’indicateurs de suivi par service ou par pôle. Chacun, en fonction de son intérêt et de son intention de moment, peut définir une requête pour effectuer un suivi en routine ou dans le cadre d’une étude ponctuelle sur un indicateur spécifique. Finalement, l’outil s’avère très puissant et, au-delà des exigences CAQES et HOP’En, nous permet d’affiner notre politique de pilotage interne de l’établissement. Certes, un mécanisme de détection de seuil et d’alerte via SMS ou email pourrait constituer un plus mais cela n’était pas l’objectif principal qui a été parfaitement atteint !